Khammouane 2011

du 19 février au 12 mars

 

Résultats  :  Quelques chiffres

20 km de nouveaux réseaux, 25 km topographiés dans 7 cavités, dont le second système au Laos :

Tham Khoun Dôn-Houay Sai : 21 km



Le plus grand rassemblement de spéléologues au Laos : équipes Plongée, Pastis & Poussettes et Explo-Laos réunies à Thakhek


L'expédition avait deux objectifs principaux : La poursuite de l'exploration du système de la Nam Dôn, et celle de la rive gauche de la Nam Hin Boun.

Nous avons d’abord été hébergés à Ban Na, un petit village bordé de rizières, à deux pas de Tham Houay Sai.

A partir de la deuxième semaine, nous nous sommes installés à Ban Phon Gneng, au bord de la Nam Hin Boun, dans le confortable lodge de Monsieur Vannivong (Sala Lao). L’équipe a reçu le renfort du groupe de Gilles Connes (expédition Spélaos 2011, surnommée “Expé Pastis et Poussettes“), qui venait de passer une semaine fructueuse dans l’aval des gorges de la Nam Hin Boun.

 

Résumé

Système de la Nam Dôn (semaine 1)

La Nam Dôn est une grosse rivière, affluente du Mékong, qui prend sa source au pied du karst, à une quinzaine de kilomètres au nord de Thakhek, préfecture de la province. Notre camp de base a été installé à Ban Na, village situé au plus près de Tham Khoun Dôn et de Tham Houay Sai qui constituent les accès principaux d'un système dont l’exploration a commencé en 1997. La jonction entre ces deux cavités a été établie dès 1998. Des travaux épisodiques ont ensuite progressivement porté le développement à plus de dix kilomètres. Notre équipe a poursuivi les explorations bien au-delà des 11 km déjà topographiés par ses membres en 1997, 1998, 2005 et 2006.


Vers le nord et l'ouest, le vaste réseau labyrinthique, qui se développe dans un plan de stratification largement déblayé, a été délimité en en parcourant les galeries les plus périphériques. Plusieurs puits, profonds de 20 à 70 m ont été descendus. Un deuxième niveau de galeries, situé une quarantaine de mètres au dessous du labyrinthe, a été exploré sur plus d’un kilomètre.


Vers l'est, plusieurs kilomètres de grosses galeries constituent ce qui est de toute évidence un drain majeur du système, actif en saison humide comme l'attestent les dépôts de sables et graviers entremêlés de débris végétaux qui ponctuent le parcours. Sur ce drain, le Grand Canal est une rue d'eau de 25 m de large qui se développe pratiquement en ligne droite sur 800 m. Toujours sur ce même drain, de nouvelles entrées, qui perforent le flanc de dolines loin à l'intérieur du karst, ont été découvertes.


Le système Khoun Don-Houay Saï développe actuellement (mars 2011) 21 km et constitue la deuxième cavité du Laos, derrière le système de Tham Nam Non-Tham Song Dang (environ 30 km). L'exploration n'est pour autant pas terminée : les jonctions avec les pertes probables du système, situées quelques kilomètres au nord et à l'Est, sont encore à trouver et de nombreuses extensions sont à poursuivre.


Cette première semaine s’est terminée par une courte intervention secours pour évacuer un collègue blessé à la jambe suite à une glissade. L’accident est resté heureusement sans trop de conséquences, malgré une entaille spectaculaire qui a nécessité une douzaine de points de suture et un repos forcé pour la victime.


Vallée de la Nam Hin Boun (semaines 2 et 3)

Comme l'an dernier, les explorations ont concerné les cavités de la rive gauche, encore relativement peu explorée. L'équipe s'est installée à la Sala Hin Boun, une auberge confortable au bord de la rivière.


Tham Lom (MK23) – En 2002, l'exploration de cette grotte fossile s'était arrêtée après une centaine de mètres de galerie bien ventilée, sur la lèvre d'un puits infranchissable sans matériel. Au delà, la suite constitue un réseau complexe qui ne se livre pas facilement. Chaque branche comporte de nombreux passages techniques, escalades, traversées, étroitures, puits… Derrière ces obstacles, nous avons eu la chance de découvrir et parcourir de larges galeries superbement concrétionnées. La cavité, qui pénètre largement le massif karstique, développe maintenant 4.6 km, pour 255 m de dénivelée. A suivre.


Tham Pha Lom – L'exploration de la grotte du "vent de la montagne" s'est poursuivie à la recherche du vent disparu. Cette cavité, explorée sur deux kilomètres en février 2010, est parcourue par un courant d'air extrêmement puissant, pourtant perdu dans les grosses galeries fossiles qui constituent l'essentiel de la cavité. Une escalade, entreprise en 2010, a été poursuivie et donne accès à une galerie perchée qui semble concentrer l'intégralité du courant d'air retrouvé. Développement total 2600 m, pour 240 m de dénivelée. A suivre.


Tham Nam Péo (ex Tham Momie) – Le P40 qui avait arrêté l'exploration en 2010 a été descendu. Il donne accès à 3 réseaux de galeries de section relativement modeste. Après environ 300 m d'errance, le premier redonne dans la galerie de départ, ce qui permet de shunter le P40. Le second se poursuit vers l'ouest, pour buter sur une zone broyée où le courant d'air est provisoirement perdu. Le troisième rejoint le niveau phréatique dans une grosse galerie, actif temporaire qui connecte deux gros siphons. La topographie montre que la cavité s'oriente vers Khoun Nam Péo, émergence plongée en 2000 par l'équipe Morieux et située à moins de 200 m en ligne directe du terminus. Développement provisoire environ 2000 m. A suivre.


Tham Biéo (grotte “de travers“) – Dans l'immense porche visible au sud depuis la route qui conduit à Tham Konglor, une succession d'escalades et de puits a été franchie pour livrer 2.6 km de galeries fossiles. Les remplissages paraissent très anciens, et différents de ceux de Tham Lom. A suivre.


Le contraste entre les cavités sur les deux rives de la Nam Hin Boun est spectaculaire. Alors qu'en rive droite se rencontrent de grands réseaux horizontaux situés au niveau de la plaine karstique, les cavités de la rive gauche se développent plus en altitude et constituent des réseaux où le parcours est généralement sportif, entrecoupé de puits et d'escalades fréquentes. La signification de cette différence morphologique majeure reste à déterminer. Actuellement, la rive gauche de la Nam Hin Boun abrite sept cavités de plus d'un kilomètre de développement, pour un développement global exploré par notre équipe qui atteint déjà 20 km.


Une abondante couverture photographique ainsi que 5 h de vidéo ont été réalisées. Sur un plan plus scientifique, les classiques observations de terrain et quelques mesures et analyses physico-chimiques ont été effectuées dans Tham Khoun Dôn, Tham Houay Say, Tham Lom, Tham Nam Hin Boun, Tham Houay Sèt et Khoun Houay Sèt, ainsi que quelques prélèvements de remplissages et collectes de microfaune. Des témoins limnimétriques ont été également placés dans Tham Khoun Dôn et Tham Houay Say. L'exploration de cavités et de niveaux perchés se développe et le rapprochement de leurs caractéristiques topographiques et structurales devrait permettre de mieux identifier une ancienne surface d'érosion régionale dont des traces ont été repérées entre Thakhek et Mahaxay.


Globalement, en trois semaines, près de 18 km de nouvelles galeries ont été parcourus et plus de 20 km de topographie ont été relevés dans cinq cavités. Au delà de ces résultats numériques, c'est l'exemplarité du travail coopératif réalisé par les différentes équipes oeuvrant au Khammouane qui mérite être retenue. Les relations avec nos hôtes laotiens ont été une fois de plus chaleureuses. La gentillesse exceptionnelle des villageois et de notre équipe de soutien logistique, organisée par Monsieur Vannivong (Sala Lao), a largement contribué au succès de cette expédition.


 
  1. 16 Participants

Clubs participants

APS

Aragonite

CASC

SC Montpellier

GS Montpeyroux

SC Seine